Rechercher
  • Alice Desvilles

Hunter Biden et la Chine : relations trop étroites ?

Par Anastasia Postovan et Alice Desvilles


Une enquête fédérale américaine a été ouverte concernant les relations qu’a Hunter Biden, le fils du prochain président américain, avec la Chine.


Hunter Biden est à nouveau au centre d'un scandale international. En effet, le ministère américain de la Justice étudie actuellement sa relation avec la Chine; et le gouvernement du Delaware a lancé une enquête sur son intégrité fiscale. L'enquête est basée sur des "transactions étrangères suspectes”; il s’agirait d'argent en provenance de la République Populaire de Chine (RPC) et d'autres pays. H. Biden avait auparavant quitté la direction de BHR, une société soutenue par les autorités chinoises. Le ministère américain de la Justice a décidé d'enquêter sur les relations d'affaires du fils de Joe Biden avec la RPC.

Crédit photo : Canva License Pro

Biden dans la tourmente chinoise


Auparavant, Trump avait exhorté le FBI à ouvrir une enquête sur les activités d’Hunter Biden. Le président sortant a déclaré peu de temps après que Pékin devrait ouvrir une enquête sur la famille Biden. Selon lui, Hunter a reçu des millions de dollars provenant d’Ukraine et de Chine.


De plus, selon certains médias, en 2013, Hunter Biden a accompagné son père, alors vice-président des États-Unis, lors d'une visite en RPC. Là, il aurait aidé à organiser une réunion entre Biden Sr. et Jonathan Lee, chef de la Fondation BHR, afin de créer des relations favorables.


Début novembre, l'avocat de Trump et ancien maire de New York, Rudy Giuliani, a déclaré que Joe Biden avait utilisé son fils pour accepter des pots-de-vin. "Biden ne l'a pas laissé vivre une vie normale en paix... Au lieu de cela, il a commencé à utiliser son fils comme collectionneur - une personne pour collecter des pots-de-vin", a déclaré Giuliani.


Alors même que les relations américaines avec la Chine sont très tendues, ces accusations ne favorisent pas l’arrivée à la présidence de Joe Biden. D’autant plus que le peuple américain a une vision plutôt défavorable de la Chine après les différentes attaques de l’administration Trump perpétrées contre l’image chinoise à l’international, surtout après l’apparition de la covid-19.


Aubaine républicaine ?


Fin octobre 2020, l'ancien partenaire de Biden Jr., Tony Bobulinski, a déclaré que Joe Biden était impliqué dans les affaires de son fils. «J'ai entendu les déclarations de Joe Biden selon lesquelles il n'avait jamais discuté d'affaires avec Hunter. Ce n'est pas vrai », a-t-il souligné. Il accuse notamment Joe Biden d’être impliqué dans les affaires chinoises de Hunter. Il a noté qu'il fournirait tous les appareils contenant des preuves de son implication au FBI.

Crédit photo : Wikimedia Commons / No change made

Le fils du démocrate aurait reçu 1,5 million de dollars des autorités chinoises et environ 3 millions de dollars provenant d’Ukraine. À cette époque, Hunter Jr. était membre du conseil d'administration de l'organisation. Auparavant, le New York Post avait publié une série d'articles basés sur cette correspondance qui aurait été trouvée sur l'ordinateur portable d’Hunter Biden. Dans l'une des lettres, datée du 17 avril 2015, le chef de la société ukrainienne Burisma, Vadim Pozharsky, aurait exprimé sa gratitude à Hunter Biden pour l'avoir invité à Washington pour rencontrer Joe Biden, alors vice-président. Le journal souligne que dans une autre lettre, il demande à Biden Jr. de réfléchir à la manière dont il peut utiliser sa propre influence pour aider l'entreprise.


Alors que les Etats-Unis se divisaient déjà quant aux accusations portant sur l’implication de la Russie dans l’élection de Donald Trump, Biden risque de tomber sous les délétères foudres républicaines. En effet, ceux-ci n’ont bloqué que de justesse la destitution du président lors du vote au Sénat le 5 février, et on pourrait imaginer leur envie de répéter l’histoire avec un protagoniste démocrate.


Viseur chinois ou républicain ?


Le contre-espionnage américain a déjà annoncé que la Chine intentait certaines actions afin d’influencer le prochain président des Etats-Unis. Le chef du département, William Evanina, a déclaré que plus de 1000 personnes soupçonnées d'espionnage au compte de la RPC ont récemment fui l'Amérique. Selon lui, il y a donc une réorientation du renseignement chinois vers la nouvelle administration américaine.


Dans le même temps, le siège démocrate a noté qu'il exprimait son soutien au fils de Biden. Ils ont ajouté que le président entrant est fier de son fils, qui a résisté aux "attaques personnelles insolentes ces derniers mois", qui se sont encore intensifiées. Cette pique visant les républicains montre l’envie de Biden d’enfin en finir avec la pression parfois calomnieuse exercée par l’opposition.

 

©2020 par EDHEC Nations Unies. Créé avec Wix.com