Rechercher
  • Alice Desvilles

Joe Biden annonce le retrait de l’armée américaine en Afghanistan

Par Rita Sidki


Le président des Etats-Unis, Joe Biden, a annoncé dans une allocution le mercredi 14 avril le retrait progressif des troupes américaines ainsi que des forces déployées par leurs alliés de l'OTAN en Afghanistan.


Joe Biden avec des soldats américains en opération.

La volonté de mettre un terme à une « guerre sans fin »


La mission d’intervention militaire des Etats-Unis en Afghanistan pour lutter contre le terrorisme devra s’achever officiellement le 11 septembre 2021, exactement vingt ans après les attentats du 11 septembre 2001. Il s’agira d’un retrait de la quasi-totalité des forces armées sur le terrain, il ne restera qu’une unité chargée de la sécurité de l’ambassade des Etats-Unis à Kaboul. Environ 3000 soldats étaient toujours déployés dans le pays.


Joe Biden a déclaré : « Nous devons continuer à travailler sans relâche pour empêcher l’Afghanistan de redevenir une base à partir de laquelle les terroristes peuvent attaquer les Etats-Unis, en coordination avec nos partenaires afghans et d’autres alliés ».


Cette décision fait suite au pré-accord historique conclu entre le groupe des talibans et l’administration Trump en février 2020.

La Maison-Blanche affirme qu’il n’y a plus de menace terroriste en Afghanistan aujourd’hui. Or, ce n’est pas l’avis de l’ancien chef d’état-major de l’armée américaine, Joseph Dunford. Dans un rapport indépendant, il plaidait en faveur d’un maintien des troupes américaines sur le territoire afghan le temps que le processus de paix aboutisse à une situation politique plus stable. Certains élus démocrates et républicains au Congrès s’opposent eux aussi à un retrait sans conditions au préalable.


Le déclenchement de la guerre


La guerre en Afghanistan est la plus longue guerre de l’histoire des Etats-Unis.

Les talibans sont un mouvement fondamentaliste islamiste qui a acquis en influence pendant les années 1990 en Afghanistan et au Pakistan. Il a mené une guerre contre le gouvernement de l'État afghan et a instauré un régime islamique fondamentaliste de 1996 à 2001. Aujourd’hui, les autorités afghanes peinent à se mettre d’accord avec les groupes insurgés des talibans.

Cette organisation est officiellement considérée comme terroriste par la Russie, le Canada et les Emirats Arabes Unis.


Soldats alliés.

L’ex-président George Bush a lancé une invasion militaire en Afghanistan dans la foulée des attentats contre les tours jumelles de New York et l’attaque du Pentagone du 11 septembre 2001 orchestrés par Al Qaïda. Les troupes américaines envoyées sur place s’en sont directement prises aux groupes de talibans de Kaboul, les accusant d’avoir soutenu l’organisation djihadiste.


Entre 2010 et 2011, 100 000 soldats américains étaient déployés en Afghanistan. L’ex-président Barack Obama a entamé une diminution progressive du nombre de soldats présents sur place durant son deuxième mandat.

Malgré la promesse de Donald Trump de « ramener nos soldats à la maison », ce dernier y a envoyé des renforts en 2017.


Vers un accord de paix ?


En février 2020, après 18 ans de guerre, Donald Trump a conclu un pré-accord avec les talibans qui prévoyait le retrait total des forces armées étrangères sur le terrain le 1er mai. Cela devait se faire à condition que les talibans s’assurent qu’aucun groupe terroriste n’opère dans le territoire à l’avenir. Ce texte n’est pas un accord de paix à proprement parler mais symbolise un début de normalisation des relations entre le groupe insurgé et les Etats-Unis. Il prévoit également les modalités des négociations inter-afghanes.


Les talibans ont prévenu que si le départ des soldats n’était pas effectif à la date pour laquelle ils s’étaient accordés, ils reprendraient les combats. Depuis 2020, la violence continue de faire rage entre les insurgés talibans et les forces afghanes.

Ces derniers doivent également trouver un accord dans le cadre du processus des négociations de paix avec le gouvernement de Kaboul. Les pourparlers ont débuté en septembre 2020 et ont pour le moment débouché sur les procédures d’une future feuille de route politique et d’un cessez-le-feu global.


Le 24 septembre 2021, une conférence de paix inter-afghane aura lieu en Turquie. Il s’agira de l’occasion pour les différents partis de relancer les négociations sur le processus de paix qui est pour l’instant au point mort. Les talibans ont toutefois précisé qu’ils ne participeraient à aucune réunion tant que les soldats étrangers n’auront pas quitté le pays.


Crédit photo 1 : David Lienemann/ Wikimedia Commons, no change made / Public domain

Crédit photo 2 : Lorie Jewell / Wikimedia Commons, no change made / Public domain



3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout