Rechercher
  • Alice Desvilles

Joe Biden instaure un jour férié pour commémorer la fin de l’esclavage

Par Rita Sidki


Le jeudi 17 juin 2021, le président des Etats-Unis a promulgué une loi instaurant un nouveau jour férié fédéral. Il s’agit du « Juneteenth », qui commémore tous les 19 juin la fin de l’esclavage aux Etats-Unis.



Une reconnaissance historique


Lors d’une cérémonie à la Maison-Blanche, le chef d’Etat a déclaré au côté de sa vice-présidente Kamala Harris que « Juneteenth symbolise à la fois la longue et difficile nuit de l’esclavage et de la soumission et la promesse d’un jour meilleur », et que l’esclavage est « le péché originel de l’Amérique ». Toutefois, ce dernier reconnaît que ce pas en avant vers « l’égalité raciale » n’est pas suffisant. Aujourd’hui, la minorité noire-américaine représente 13% de la population des Etats-Unis, mais subit encore de fortes discriminations en matière d’emploi, de logement ou d’accès aux soins.


Le Sénat a approuvé le texte à l’unanimité mardi dernier, puis la Chambre des représentants l’a adopté à la majorité. Seuls 14 élus républicains ont voté contre.

L’élue démocrate de la Chambre des représentants Sheila Jackson Lee est une des principales parlementaires ayant porté ce projet de loi. A la suite de l’approbation de la loi, elle a déclaré aux journalistes : « Nous sommes ici aujourd’hui, libres de voter en faveur de Juneteenth comme fête nationale de l’indépendance, un jour férié fédéral pour l’Amérique". "Reconnaître et apprendre des erreurs passées est essentiel pour avancer", a écrit le sénateur républicain John Cornyn, qui avait porté avec elle ce projet.


Le Juneteenth était déjà férié dans la majorité des Etats du pays. Cette date est célébrée par des défilés, des concerts ou des fêtes de quartier. Désormais elle sera également réservée aux employés du gouvernement fédéral jugés non-essentiels. Le Juneteenth devient le onzième jour férié reconnu au niveau fédéral, rejoignant une liste qui comprend Noël et le Jour de l’An, ou encore Thanksgiving et le Jour de l’Indépendance.


L’esclavage aux Etats-Unis


La journée nationale marque la date du 19 juin 1865, lorsque l’armée de l’Union ayant remporté la Guerre de Sécession (1861-1865) a annoncé l’émancipation des derniers esclaves de l’Etat du Texas.


Le début de la période esclavagiste en Amérique du Nord remonte à l'arrivée des colons britanniques au XVIIe siècle. Au milieu du XIXe siècle, la Guerre de Sécession éclate et la question de l’abolition de l’esclavage devient un de ses enjeux principaux. Plus précisément, il s’agissait de vingt-cinq Etats de l’Union souhaitant abolir l’esclavage (les Nordistes) contre onze Etats confédérés souhaitant le maintenir (les Sudistes). Initialement, les confédérés entrèrent en sécession au nom de leur droit à l'autodétermination, pour protester contre l’élection du républicain Abraham Lincoln à la présidence de la République. L’objectif initial des Nordistes était le maintien de l’unité territoriale du pays.


Célébration de Juneteeth

Le 1er janvier 1863, la proclamation d’émancipation est signée par le président Abraham Lincoln et entre en vigueur.

Le Nord finit par remporter la Guerre, ce qui met un terme au conflit. L’esclavage est officiellement aboli sur l’ensemble du territoire en décembre 1865, avec l'adoption du 13ème amendement de la Constitution.

Cette guerre est à ce jour le conflit le plus meurtrier de l’histoire des Etats-Unis.


Le racisme aux Etats-Unis après l’affaire George Floyd


Les appels à officialiser cette date comme jour férié fédéral se sont multipliés après le meurtre de George Floyd par un policier blanc, Derek Chauvin, le 25 mai 2020.

Ce drame ainsi que le procès de Derek Chauvin ont remis la question de la lutte contre le racisme au centre du débat politique et médiatique. La dernière année a en effet été marquée par les manifestations du mouvement Black Lives Matter, militant contre les violences policières subies par la communauté afro-américaine. Le 20 avril dernier, ce dernier a en effet été retenu coupable de meurtre dans cette affaire. Un verdict historique que Joe Biden a reconnu publiquement comme le moment d’un « changement significatif ».


Un projet de réforme de la police a été adopté en mars par la Chambre des représentants prévoyant d’interdire certaines pratiques d’immobilisation et de créer un registre des policiers licenciés pour abus. Or le texte attend toujours d’être voté au Sénat.


Néanmoins, certains estiment que ces décisions sont insuffisantes pour endiguer le fléau du racisme aux Etats-Unis. En effet, d’autres affaires similaires ont aussi suscité beaucoup d'émotions et de promesses n’ayant pas mené à des solutions concrètes.


Au-delà des violences policières, les inégalités économiques et sociales sont un enjeu majeur. Le Washington Post révélait, en juin 2020, que le fossé économique entre noirs et blancs était aussi important en 2020 qu'en 1968.


Crédit photo 1 : Leonhard Lenz / Wikimedia Commons, no change made / Creative Commons Zero, Public Domain Dedication

Crédit photo 2 : U.S. Air Force photo by Bobby Jones/ Wikimedia Commons, no change made / Public domain

8 vues0 commentaire