Rechercher
  • Alice Desvilles

L'Ukraine au bord de la crise budgétaire

Mis à jour : mars 25

Par Anastasia Postovan


L'Ukraine semble condamnée à devoir faire face à une grave crise en 2021. Parmi les raisons des problèmes à venir, les experts évoquent l'absence de la prochaine tranche de prêt du FMI. Les premiers à en ressentir l'impact seraient les agents de l'Etat, dont l'indexation des salaires a déjà été officiellement reportée par les autorités à 2022.


Le chef du Comité exécutif des réformes ukrainiennes, Mikheil Saakashvili, a déclaré que l'économie de l’Etat se dirigeait vers une grande catastrophe. «Une crise budgétaire très forte est imminente en Ukraine. L'Ukraine aura des problèmes de paiement des salaires et des pensions à partir de l'année prochaine [...] il y aura de gros problèmes avec le paiement des obligations sociales de base et des salaires. Cela ne s'est pas produit en Ukraine depuis les années 1990 [...]. Quelque chose doit être fait, sinon le pays va à la catastrophe», a ajouté Saakashvili.

Crédit photo : Pavel Churiumov / Unsplash

Un budget à sec


Selon le rapport de la Chambre des comptes de l'Ukraine, pendant les trois premiers trimestres de 2020, la dette nationale a augmenté de 17%, soit 2,3 trilliards d’hryvnias (plus de 80 milliards de dollars). Ceci est dû aux mesures restrictives de lutte contre la propagation de la Covid-19.


Le ministère de l'Économie s'attend à ce que l'inflation atteigne 5,9% d'ici la fin de l'année. L'agence de notation internationale Fitch prédit une contraction de 6,5% de l'économie ukrainienne.


Kiev a déjà signalé qu'elle ne serait pas en mesure d'indexer les salaires des employés de l'État l'année prochaine, bien que le décret le déclarant ait été adopté en janvier 2020. Le retard de paiement a été décidé par le cabinet des ministres de l'Ukraine. La raison est le manque de fonds dans le budget pour la mise en œuvre du programme. Par exemple, environ 50 milliards d’hryvnias (1,7 milliard de dollars) sont nécessaires pour augmenter les salaires des enseignants.


L’absence d’aide du FMI


Le FMI aurait pu stabiliser la situation s'il avait alloué la tranche de crédit promise à l'Ukraine. En effet, les parties ont signé un nouvel accord en juin selon lequel doivent être envoyés 5 milliards de dollars à Kiev dans les 18 mois. Au début de l'été, l'Ukraine a reçu la première tranche de 2,1 milliards de dollars, mais les paiements ultérieurs n'ont pas encore été reçus.


«Il n'y aura pas de tranche. C'est juste irréel. Physiquement et sur une base de calendrier, nous ne sommes pas à temps. », a déclaré un conseiller de Yermak, le chef de l’Office du président ukrainien. Il a également ajouté que Kiev pourrait essayer de parvenir à un accord avec le FMI sur un niveau opérationnel.

Crédit photo : Pixabay

La mise en œuvre du prochain programme de crédit pour l'Ukraine par le FMI est bloquée. En effet, Kiev n'a pas été en mesure de remplir ses obligations envers l'organisation. L’organisation a notamment évoqué la réforme des services douaniers et fiscaux, la réduction de la part des créances douteuses dans le système bancaire, la lutte contre la corruption et d'autres changements qui n’ont pas été réalisés. Cependant, Kiev satisfait quatre des neuf exigences du FMI, ce qui aurait dû garantir la réception de deux tranches de 700 millions de dollars chacune en septembre et en décembre 2020.


«La tranche du FMI est importante en tant que lien de connexion, car si le fonds donne de l'argent, la Banque mondiale, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement et d'autres prêteurs internationaux systémiques le fournissent également. C'est précisément l'importance du FMI pour l'Ukraine, car même l'aide de l'Union européenne est liée à l'obtention d'un soutien de crédit du fonds », a noté l'expert Vladimir Fesenko, chef du Penta Center for Applied Political Research.


Une aide financière venant d’autres donateurs ?


“Pour stabiliser la situation économique, les autorités ukrainiennes recourront probablement à la méthode traditionnelle - elles couvriront le déficit budgétaire par des prêts extérieurs” a poursuivi Fesenko. Il est probable que Kiev essaiera de négocier une aide financière avec d’autres donateurs en démontrant le respect des accords avec le FMI.


«Ce ne sera pas un soutien à part entière, mais il couvrira une partie des dépenses budgétaires. D'autres options incluent un éventuel accord avec la Chine, mais ce n'est jamais facile. Du point de vue de l'intérêt et des conditions connexes, il est plus facile et plus fiable de négocier avec les institutions financières internationales. En outre, la RPC devra être autorisée à entrer dans l'économie ukrainienne, ce qui provoquera une certaine réaction de la part des États-Unis. Pour Kiev, c'est un facteur dissuasif », a résumé l'expert.

30 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout