Rechercher
  • Alice Desvilles

La place du Japon dans la stratégie américaine en Indo-pacifique

Par Grégoire Pradelle


Faisons un rapide retour en arrière pour comprendre les enjeux historiques qui animent les Etats-Unis et le Japon.

Soldats de l'armée japonaise.

L’histoire d’une immigration variable

Le Japon est très longtemps resté renfermé sur lui-même -jusqu’en 1854- notamment grâce à une loi ordonnant l’exécution de tout étranger entrant au Japon. Cependant, les Américains sont les premiers à forcer l’ouverture du pays grâce à l’intimidation que produit leur puissance militaire, déjà conséquente à l’époque.

A la suite de cela, le pays s’ouvre largement vers les Etats-Unis. Cette ouverture est même jugée trop dangereuse par les Etats-Unis, et il sera mis en place un accord entre les deux nations pour limiter l’immigration. Cette peur provient aussi du fait que le Japon s’adapte très vite aux nouvelles technologies militaires importées des Etats-Unis et devient très rapidement une vraie puissance militaire dans la région. Elle envahit la Corée du Sud ainsi que d’autres territoires.

Cependant, au début du vingtième siècle, les Japonais continuent d'émigrer vers les Etats-Unis (presque 400 000 en vingt ans), ce qui engendre la création d’une loi d’exclusion des Japonais du territoire américain.

Par la suite, les relations entre les deux pays restent cordiales bien qu’une partie du gouvernement japonais voit cette alliance, qui amène notamment à des limitations militaires, d’un très mauvais œil. Arrive ensuite le conflit sino-japonais de 1937 où les Etats-Unis fournissent les deux camps en armement, mais restent à l’écart politiquement.

Les Américains appliquent jusqu'à la politique de la « porte ouverte » qui peut être décrite comme un moyen de maintenir le marché chinois sur un pied d’égalité avec les autres puissances économiques. Ainsi, aucune d’elles n'aurait un contrôle total du pays. Mais cette politique disparaît peu à peu avec la guerre sino-japonaise et le fait que les Américains n’ont pas les moyens financiers de maintenir cette doctrine sur le long terme.


De relations historiquement tendues à alliés régionaux

Les tensions montent entre le Japon et les Etats-Unis qui s’opposent à son ambition expansionniste jusqu’à aboutir à Pearl Harbor en 1941. S’ensuit la guerre du Pacifique qui aboutit à la défaite du Japon. Le pays sera alors mis sous tutelle américaine jusqu’en 1952.

Tanks lors d'un défilé de l'armée indienne.

Le Japon retrouve à partir de cette date son indépendance économique et politique via le Traité de paix de San Francisco, mais sa force militaire reste sous contrôle américain. Le Japon réussit à très bien se relever et développe son économie en exportant vers les Etats-Unis de nombreux produits technologiques tels que des téléviseurs : c’est le miracle japonais. Par la suite, le Japon et les Etats-Unis ont continué d’entretenir de fréquentes relations tant diplomatiques qu'économiques. Le premier voyage à l’étranger du secrétaire d’Etat Antony Blinken et de son homologue de la défense du 15 au 18 mars 2021 s'est fait au Japon puis en Corée du Sud. Ces deux nations sont les principaux alliés des Etats-Unis dans la région.

En effet, les Américains ont créé un partenariat informel appelé le QUAD (Quadrilateral Security Dialogue) qui les réunit à l’Inde, le Japon et à l’Australie pour lutter contre l’influence croissante de la Chine dans la région. Ces différentes nations se réunissent pour travailler sur une stratégie en Indo-pacifique afin de contrer le pouvoir de la Chine. Ce partenariat agit dans différents domaines : le commerce avec les routes maritimes et les accords commerciaux, la géopolitique avec l’influence sur les nations voisines, mais aussi et surtout des exercices militaires communs.


La crainte de l’expansion du géant chinois


En 2020, les exercices « malabar » ont regroupé les flottes des quatre nations dans le Golf du Bengal. En effet, le versant militaire de ce partenariat est aussi destiné à intimider la Corée du Nord et à attirer la Corée du Sud vers le partenariat. Ainsi, les puissances du Pacifique cherchent à former des alliances pour égaler le géant chinois.

Cette stratégie est décrite comme suit par Valérie Niquet, responsable du pôle Asie à la Fondation pour la recherche stratégique : ”l’Indo-Pacifique est une réponse à une Chine qui inquiète. Le concept ne s’oppose pas à l’émergence de la Chine, mais au fait qu’elle émerge avec une stratégie de puissance globale, propre à un système interne très particulier, celui d’un Parti communiste ultra-autoritaire, nationaliste et agressif. Cette inquiétude est fédératrice. Les discours convergent avec, comme dénominateur commun, les valeurs, la liberté de navigation sur mer et le rejet de la force pour changer le statu quo.”


Crédit photo 1 : Press Information Bureau, Government of India/ Wikimedia Commons, no change made , Government Open Data License - India (GODL).

Crédit photo 2 : central Army, Japanese Ground Self-Defense Forces / Wikimedia Commons, no change made / Creative Commons Attribution License 4.0 International

19 vues0 commentaire