Rechercher
  • Alice Desvilles

Les failles de la présidence de Volodymyr Zelensky en Ukraine

Dernière mise à jour : mars 11

Par Rita Sidki


L’actuel président de l’Ukraine Volodymyr Zelensky est de plus en plus contesté par la population. Ce dernier n’arrive pas à tenir les promesses de sa campagne, notamment mettre fin à la corruption systémique dans le pays.

Volodymyr Zelensky.

Un président qui voulait lutter contre un système corrompu


Volodymyr Zelensky est un ancien comédien et acteur qui a été élu en avril 2019 dans un contexte de hausse de la pauvreté et d’exode massif des jeunes Ukrainiens vers le reste de l’Europe. Les observateurs estiment que 3 à 6 millions de citoyens ukrainiens travaillent à l’étranger sur une population de 44 millions d’habitants.

Il a obtenu le score inédit aux élections présidentielles de 73% de votes. Son parti « Serviteur du peuple » a obtenu la majorité absolue au Parlement. Cette élection reflétait des changements de l’opinion publique vis-à-vis de l’ingérence russe dans les affaires de l’Ukraine. L’annexion de la Crimée et la guerre dans le Donbass ont provoqué une réelle opposition envers la Fédération russe parmi les citoyens ukrainiens.


Son programme se voulait anti-élite et luttant contre la corruption. Durant les premiers mois de son mandat, il a en effet mis en place l’allègement de l’immunité parlementaire, la création d’un bureau d’enquête publique indépendant et d’une Cour spéciale anti-corruption.


Pourtant, aujourd’hui, un grand nombre de ses électeurs sont déçus. On lui reproche son inexpérience politique et sa stratégie floue vis-à-vis du système élitiste et corrompu qu’il s’efforce pourtant de critiquer. Au sein de son propre parti, les divergences se multiplient. Plusieurs de ses députés sont affiliés aux oligarques et adoptent une rhétorique prorusse.


Enfin, des opposants, experts et médias jugent que le président Zelensky et le gouvernement n’ont pas su gérer la situation sanitaire. Cette dernière est en effet préoccupante : 1,2 million de cas de Covid-19 et plus de 21 000 morts pour 40 millions d’habitants. Les ukrainiens craignent des difficultés d’accès aux vaccins dans les mois à venir.


Le maintien d’un système oligarque prorusse


Il est difficile de lutter contre l’influence des oligarques qui contrôlent une grande partie de l’économie. De plus, ces derniers ont réussi à étendre leur influence au système judiciaire et au Parlement où il devient difficile pour le parti présidentiel de mener ses projets. Un oligarque est un membre de la classe dominante liée au gouvernement d'un pays. Ce terme est utilisé pour décrire les hommes d'affaires russes.


Les tentatives de reformes du président Volodymyr Zelensky ont été à plusieurs reprises confrontées à l’opposition de la Cour constitutionnelle. En octobre 2020, elle a invalidé plusieurs mesures anti-corruption en vigueur depuis plusieurs années, notamment la possibilité d’engager la responsabilité pénale des fonctionnaires coupables de fraude fiscale. Suite à cet évènement, le président de la République a tenté de remplacer les juges de la Cour constitutionnelle mais le Conseil de l’Europe (Commission de Venise) s’y est opposé en suivant le principe d’indépendance de la justice.

Manifestations en Ukraine.

Dans un article publié dans Le Monde, le juriste Roman Maselko émet l’observation suivante : « Moscou cherche à défaire le système anticorruption de l’Ukraine pour l’empêcher de s’ancrer en Europe. Il sait que les crédits du fond monétaire international et de l’Union Européenne en dépendent. S’ils s’arrêtent, l’Ukraine devra alors se tourner vers la Russie ».


Des tensions diplomatiques entre l’Ukraine et la Russie


Enfin, l’Ukraine et la Russie entretiennent des relations tendues pour cause de conflits territoriaux.


La crise de Crimée est une crise diplomatique internationale. Elle a d’abord été provoquée par l'occupation de la péninsule de Crimée par des troupes « pro-russes » non identifiées. Ensuite, des troupes de l'armée fédérale russe sont intervenues près de la frontière ukrainienne, à partir du 28 février 2014. Le 18 mars 2014, à la suite d’un référendum sur le sujet, le gouvernement russe annonce que la république de Crimée et la ville de Sébastopol, anciennement ukrainiennes, deviennent deux nouveaux sujets de la fédération de Russie. L’Ukraine revendique toujours aujourd’hui sa souveraineté sur le territoire annexé.


La révolution ukrainienne de 2014, ou révolution de Maïdan, a eu lieu en février 2014 à la suite du mouvement de manifestations pro-européennes. Ces protestations ont débuté à la suite de la décision du gouvernement ukrainien de ne pas signer un accord d'association avec l'Union Européenne au profit d'un accord avec la Russie. Il a entraîné la destitution du président pro-russe Viktor Ianoukovitch. Ce mouvement a également été à l’origine d’un conflit armé opposant le gouvernement ukrainien aux séparatistes des régions de Donetsk et Lougansk qui sont soutenus par la Russie. Il s’agit de la guerre du Donbass qui est toujours en cours aujourd’hui. 13 000 morts liés au conflit étaient recensés en février 2019.


L’ensemble de ces évènements s’inscrivent dans une crise diplomatique entre les deux pays. Au niveau international, les États-Unis, l'Union européenne et d'autres pays accusent la Russie de violer le droit international et la souveraineté de l'Ukraine.


Crédit photo 1 : Кабінет Міністрів України/ Wikimedia Commons, no change made, CC BY-SA 4.0

Crédit photo 2 : Mstyslav Chernov/ Wikimedia Commons, no change made, CC BY-SA 4.0

15 vues0 commentaire