Rechercher
  • Alice Desvilles

Où en sont les relations entre l’Iran et les Etats-Unis ?

Mis à jour : mars 19

Par Grégoire Pradelle Les tensions entre les Etats-Unis et l’Iran sont encore une fois très fortes depuis le dimanche 3 janvier 2021. En effet, il s’agit de la date à laquelle se sont déroulés en Iran des rassemblements antiaméricains pour l’anniversaire de l’assassinat du général Quassem Soleimani. Ceux-ci ont été suivis par l’annonce du Pentagone, lundi, qui rapportait que le porte-avion USS NIMITZ resterait dans la mer du Golf, alors qu’il avait annoncé quelques jours avant son départ en signe de désescalade.

Manifestation en hommage à la mort de Quassem Soleimani.

Retour sur les événements de 2020

03/01 : Assassinat du général Quassem Soleimani par l’armée américaine à l’aéroport international de Bagdad.

08/01 : une salve d’une vingtaine de missiles est lancée contre des bases abritant des soldats américains, celle-ci est ensuite revendiquée par l’Iran. 18/11 : l’AIEA (Agence Internationale de l’Énergie Atomique) annonce que l’Iran a remis en route des équipements permettant l’enrichissement de l’uranium dans l’usine de Natanz (principal site d’enrichissement du pays).

27/11 : assassinat d’un éminent physicien nucléaire iranien, Mohsen Fakhrizadeh, près de Téhéran. Cet assassinat a été attribué par l’Iran à Israël, et aurait pour objectif d’entraver les projets nucléaires de l’Iran.

20/12 : une salve de roquettes est envoyée sur l’ambassade américaine à Bagdad.

24/12 : Téhéran met en garde Donald Trump et son administration contre tout « aventurisme ». Cela arrive dans le cadre d’une annonce officielle concernant l’avion civil ukrainien abattu par erreur par les forces militaires iraniennes. Ils ont alors reporté la faute sur « l’aventurisme » américain. Où en est le nucléaire iranien ?

En 2015, l’accord de Vienne sur le nucléaire Iranien, limitant l’enrichissement de l'uranium, est signé. L’objectif de celui-ci est d’imposer un délai d’au moins un an à l’Iran pour enrichir l’uranium à un degré suffisant pour lui permettre d’obtenir des armes nucléaires. Cet accord impose aussi à l’Iran de régulières inspections par l’AIEA afin de vérifier que le pays respecte bien les termes de l’accord.


En 2018, Donald Trump a fait sortir les Etats-Unis de cet accord, le qualifiant alors de « pire accord jamais signé par les Etats-Unis ». Par la suite, l’Iran a continué à se plier aux inspections de l’AIEA et à limiter l’enrichissement de son uranium. Cette période prend fin en 2020 : l’Iran passe une loi lui permettant de produire au moins 120 kilogrammes d’uranium enrichi à 20% et met en place les équipements permettant cet enrichissement. Cette entreprise est ralentie par l’assassinat de Mohsen Fakhrizadeh, mais pas stoppée pour autant.

Manifestations dénonçant l'attaque des Etats-Unis contre Qassem Soleimani.

Tensions avec ses voisins, alliés des Etats-Unis


Les tensions entre l’Iran et Israël n’ont fait qu’augmenter depuis les dernières années, et cela pour deux raisons majeures : la première réside dans le fait qu'Israël est un des grands alliés des Etats-Unis dans la région; la seconde raison est que l’assassinat du physicien nucléaire Mohsen Fakhrizadeh a été attribué par l’Iran à Israël. Ceci a largement contribué à la dégradation des relations entre les deux pays en 2020.

Des tensions entre l’Iran et l’Arabie Saoudite existent depuis plusieurs dizaines d’années maintenant et ont souvent été qualifiées par des observateurs internationaux de « nouvelle guerre froide». Les tensions, similairement à Israël, portent sur la proximité de l’Arabie Saoudite avec les Etats-Unis, ainsi que sur les nombreuses réserves d’hydrocarbure présentes dans la mer du Golf. Les perspectives de 2021 L'arrivée de Joe Biden à la Maison-Blanche pourrait enclencher une désescalade des tensions Américano-iraniennes. En effet, dans son programme, le futur président s’engage à réintégrer l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien si l’Iran recommence à respecter scrupuleusement les termes de l’accord. Cela n’est cependant pas assuré, car le nouveau président n’aura que quatre mois pour remettre en place l’accord. En effet, le 18 juin 2021 se tiendront les élections présidentielles iraniennes.

L’actuel président, Hassan Rohani, est favorable à la coopération avec les Etats-Unis. Cependant, après les événements des deux dernières années, le nombre d'anti-américains a largement augmenté au sein de la population, ce qui risque d’influer sur la politique extérieure de l’Iran.


Crédit photo 1 : Hosein Charbaghi / Unsplash

Crédit photo 2 : auteur introuvable, Wikimedia commons / No change made, licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions

12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout