Rechercher
  • Alice Desvilles

Quatrième scrutin en Israël en deux ans pour tenter de former un gouvernement à la majorité

Par Grégoire Pradelle

Attente des résultats en Israël de Reuven Rivlin avec la Knesset.

Ce mardi 23 mars 2021 s’est tenu en Israël une élection parlementaire qui a pour objectif de former un gouvernement de la majorité. Les chefs de partis représentés au sein de la chambre du parlement vont alors en concertation avec le président désigner le Président ministre. Celui-ci devra alors réussir à former un gouvernement dans les 42 jours qui suivent.

Un point sur le système politique israélien : Israël est une démocratie parlementaire. Le pays n’a cependant pas de Constitution, mais fonctionne par un système de lois fondamentales qui peuvent être vues comme des chapitres d’une future Constitution.

- Le pouvoir législatif est détenu par la Knesset (nom donné au parlement, il comprend 120 sièges)l. - Le pouvoir exécutif appartient au Premier ministre qui est choisi par le président mais doit gagner la confiance de la majorité à la Knesset afin de réussir à former un gouvernement. - Le pouvoir judiciaire est lui assuré par la Cour Suprême.

L’actuel président est Reuven Rivlin, élu en 2014 pour un mandat de sept ans.


Les différents acteurs de cette élection et leurs résultats


-30 sièges LIKOUD :

Parti national conservateur dirigé aujourd’hui par Benyamin Netanyahou, qui est à sa tête depuis 2006 avec une présence avant dès 1996. La campagne de ce parti est basée sur la gestion de la crise du covid-19 ainsi que sur la réussite de la stratégie vaccinale israélienne. La présence de Benyamin Netanyahou à la tête du parti est source de tensions, car il est actuellement mis en accusation pour corruption. Son procès est actuellement ajourné à une date non définie.

-17 sièges YESH ATID :

Un parti qui se positionne au centre du spectre politique israélien. Parti créé par l’ancien acteur et journaliste Yaïr Lapid. C’est le principal parti d’opposition au Likoud. Il crée la surprise en 2013 lors de sa première participation aux élections où il finit directement second derrière le Likoud.

-9 sièges SHAS :

Un parti israélien traditionnel ultra-orthodoxe. À sa tête depuis 2013 se trouve Aryé Dery. Ce parti a récemment fait polémique en rejoignant la coalition du Likoud.

-8 sièges BLEU BLANC : Plus qu’un parti, Bleu et Blanc représente une coalition créée en 2019 entre les partis Hosen L’Yisrael de Benny Grantz et Yesh Atid de Yaïr Lapid. Cette coalition se positionne au centre-gauche de l’échiquier politique.

Affiche de campagne pour les élections israéliennes.

-7 sièges YAMINA : Une autre coalition qui s’est muée en parti, issue des partis Takuma, Le Foyer Juif et Nouvelle Droite. Ces trois partis sont de droite et d’extrême droite. Elle est actuellement dirigée par Naftali Bennett, un homme d’affaires israélien.

-7 sièges LABOUR (parti Travailliste) : Un parti sioniste social-démocrate, il est membre de l’internationale socialiste. Merav Michaeli en est président depuis cette année.

-7 sièges JUDAÏSME UNIFIE DE LA TORAH : Le second parti ultra-orthodoxe avec le Shas. Il est formé par une coalition des deux anciens partis Ashkénazes Agoudat Israël et Degel Hatorah. Le parti est actuellement dirigé par Moshe Gafni.

-7 sièges ISRAËL BEITENOU (Israël notre maison) : Un parti de centre-droit, il se définit comme nationaliste et laïc. Il a été constitué dans le but de donner une voix aux Israéliens d’origine russe. Avigdor Liberman est actuellement à sa tête.

Il y a également 6 sièges LISTE UNIFIEE, 6 sièges SIONISTE RELIGIEUX, 6 sièges NOUVEL ESPOIR, 6 sièges MERETZ et 4 sièges RA’AM, seul parti islamiste visant la minorité musulmane du pays qui représente 20 % de la population. Que se passe-t-il depuis deux ans ? Depuis 2019 se succèdent les élections législatives en vue de former un gouvernement, au nombre de quatre pour l’instant. Mais aucune coalition entre les partis n’a réussi à obtenir une majorité au niveau de la Knesset, ce qui l’empêche de former un gouvernement. Ce scrutin pourrait très bien aboutir à une situation similaire puisque les votes sont encore une fois largement éparpillés, et faire des compromis avec des partis opposés en vue de former une coalition est une tâche extrêmement difficile.

Les deux grandes coalitions potentielles sont pour l’instant :

Coalition du changement : Yesh atid, Bleu et Blanc, Yamina, Israel Beitenou, le Parti Travailliste, Nouvelle Espoir et Meretz. (58 sièges)

Coalition du Likoud : Likoud, Shas, Judaïsme de la Torah, liste unifiée, sionistes religieux. (58 sièges)

Seul le parti du Ra’am n’a pas de coalition claire.

Les résultats officiels seront présentés mercredi prochain au président et la période de formation des coalitions débutera.


Crédit photo 1 : Mark Neyman / Government Press Office (Israel)/ Wikimedia Commons, no change made / Creative Commons Attribution-Share Alike 3.0 Unported license.

Crédit photo 2 : Hanay/Wikimedia Commons, no change made / Creative CommonsAttribution-Share Alike 3.0 Unported license.

4 vues0 commentaire