top of page

Moldavie : une concurrence rude pour la présidence

Dernière mise à jour : 31 mars 2021

Par Anastasia Postovan


Dimanche 1er novembre, les Moldaves se sont rendus dans les bureaux de vote pour élire leur président. L’ancienne première ministre Maia Sandu a créé la surprise en finissant en tête du premier tour avec 35,77% des votes, et en devançant de peu le président prorusse actuel Igor Dodon, crédité de 32,87% des voix. Ces résultats laissent présager un second tour serré le 15 novembre.


Igor Dodon.

Des élections qui peuvent transformer le pays


Ancienne république soviétique de 3,5 millions d’habitants nichée entre la Roumanie et l’Ukraine, la Moldavie accède à l’indépendance en 1991. Ces dernières années, le pays a connu des crises politiques à répétition. Les Moldaves espèrent donc que ces élections marqueront un changement positif pour le pays. Ces vingt dernières années, un million de personnes ont quitté le pays, soit près d’un tiers de la population. Ils envoient régulièrement de l’argent à leur famille, ce qui représente plus de 15% du PIB de la Moldavie. Ces émigrés, que la pauvreté a poussé à chercher un emploi à l’étranger, ont voté massivement pour la candidate de centre droit. C’est grâce à cette forte mobilisation de la diaspora moldave (près de 148 000 personnes à travers le monde) que les élections sont aussi serrées, même s’ils ont parfois dû attendre trois à sept heures dans les ambassades pour pouvoir voter.


Cette élection améliorera peut-être l’avenir du pays qui, depuis des années, est contrôlé par des forces oligarchiques corrompues. Cela entraîne de graves problèmes, comme la pauvreté, le sous-développement de l’économie, une vie politique plutôt précaire, et d’importants flux migratoires comme mentionné plus haut. Maia Sandu, ancienne économiste auprès de la Banque Mondiale vaincue par Igor Dodon lors du précédent scrutin en 2016, s’est engagée à œuvrer pour une intégration de la Moldavie dans l’Union Européenne.


Pas d’outsiders dans la course à la présidence


Maia Sandu a 48 ans et est diplômée de la Harvard Kenn