Rechercher
  • Maman Kamamoko

Condamnation à perpétuité pour l’ex-président burkinabè Blaise Compaoré

Dernière mise à jour : 11 mai

La justice burkinabè a condamné l’ancien président Blaise Comparé à perpétuité pour son implication dans l’assassinat de Thomas Sankara



Le tribunal militaire de Ouagadougou a rendu son verdict ce mardi, après six mois de procès. Plus d’une dizaine de personnes se trouvaient sur le banc des accusés lors de ces audiences. Parmi eux figurait l’ex-chef d’État du Burkina Faso, Blaise Compaoré. Ce dernier a été reconnu coupable pour « attentat à la sureté de l’État » et « complicité dans l’assassinat de Thomas Sankara ». Il écope ainsi de la perpétuité ce, alors que le parquet avait requis 30 ans de prison contre lui. Ce verdict intervient trente-quatre ans après la mort de celui que l’on surnomme « le père de la révolution burkinabè ».


Une condamnation par contumace


Blaise Compaoré était l’un des grands absents de ce procès, il a donc été jugé par contumace. Il est en effet en exil en Côte d'Ivoire depuis sa chute du pouvoir en 2014. Une révolution populaire l’avait chassé de la tête du pays après 27 ans de règne. Il avait alors trouvé refuge dans ce pays voisin dont il a également acquis la nationalité.


Malgré son absence au cours de ce procès, les « sankaristes » n’ont pas manqué de se réjouir du verdict donné par le tribunal. Pour Maître Prosper Farama, l’un des avocats de la partie civile, il s’agit non seulement d’un jour de soulagement mais également historique pour le pays. Les avocats de la défense avaient quant à eux dénoncé un « procès politique » depuis le début des audiences. Le condamné dispose cependant d’un délai de 15 jours pour interjeter appel de la décision rendue.

Qui était Thomas Sankara ?


Panafricaniste, révolutionnaire et féministe avant-gardiste pour certains, Thomas Sankara arrive le pouvoir en Haute Volta (actuel Burkina Faso) à la suite d’un coup d’État en 1983. Parmi ses soutiens de l’époque, se trouvait son ami et frère d’arme Blaise Compaoré. En 1984, il décide de rebaptiser son pays « Burkina Faso » soit « pays des hommes intègres », un territoire jusqu’alors appelé Haute Volta. Sankara était aussi connu pour ses politiques en faveur de l’émancipation des femmes, son engagement dans le combat contre la désertification ainsi que ses relations plus ou moins tendues avec l’ancienne puissance colonisatrice, la France. Thomas Sankara meurt assassiné avec 12 de ses compagnons en 1987 lors d’un putsch militaire qui conduit Blaise Compaoré au pouvoir. Il est alors âgé de 37 ans. Ce révolutionnaire est encore aujourd’hui l’une des figures emblématiques de son pays mais également de l’Afrique entière.


Crédit photo : Wikimedia Commons, no change made, Office of the White House (Amanda Lucidon)

Public domain

19 vues0 commentaire